Malts : petit périple chez nos voisins américains


Le secteur brassicole est en pleine explosion au Québec et partout dans le monde. Aux États-Unis, cela se traduit par environ 5 200 brasseries en opération (à titre comparatif, c’est quelques 600 brasseries au Canada) et un peu plus d’une centaine de micromalteries en activité sur le territoire (9 actuellement au Canada).

De plus en plus d’agriculteurs s’intéressent à l’orge brassicole. Le seigle et le blé sont également des céréales importantes pour le brassage.

La tendance pour la production locale est en forte croissance et plus d’une centaine d’agriculteurs, de malteurs et de brasseurs se sont rassemblés les 4 et 5 février dernier au Hartwick College à Oneonta (NY). Les participants venaient principalement du nord-est des États-Unis, mais aussi d’Australie, de la Finlande et, bien sûr, du Canada!

Le Farmer Brewer Winter Event en était à sa 5e édition. C’est l’endroit où le secteur s’organise pour mieux travailler ensemble, discuter des enjeux, améliorer les méthodes de production, etc.

MaltBroue y était. Nous sommes revenus avec la tête pleine d’idées, des trucs à appliquer et de nouveaux contacts qui, par leurs expertises diversifiées, nous permettront de continuer à offrir des malts de qualité.

Des alliances qui rapportent à toute la chaîne de la terre à la bière

Le secteur de la micromalterie est assez récent. Au Canada, MaltBroue et la Malterie Frontenac  ont été les précurseurs en débutant leurs opérations il y a maintenant près de 10 ans. Aux États-Unis, les premières micromalteries ont également entre 10 et 15 ans d’années d’expérience et celles-ci étaient peu nombreuses jusqu’à ces dernières années. L’un de ces précurseurs, Andrea Stanley de Valley Malt au Massachusetts, est la fondatrice de la Craft Malting Guild dont nous sommes maintenant membres.

Elle a su mettre sur pied une organisation qui a maintenant plusieurs alliés. Des chercheurs font des études pour mieux comprendre les céréales et leur transformation, le maltage et l’adaptation de la production de malt aux équipements. Ceux-ci étant plus petits, beaucoup plus petits que ceux utilisés dans l’industrie depuis l’industrialisation.

Chapeau pour cette initiative qui permet à toute l’industrie de grandir en ayant la qualité et la collaboration au cœur de son développement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *