Planification et projets en 2011


Les champs de MaltBroue sous la neige

Les champs de MaltBroue sous la neige

Une nouvelle année, c’est toujours l’occasion pour fixer ses objectifs et regarder vers où on veut aller. En fait, on devrait faire ça plus souvent qu’une fois par année, mais vous savez comme moi que le quotidien nous rattrape et qu’on ne fait pas cet exercice aussi souvent que l’on devrait. Alors qu’en est-il pour MaltBroue en 2011?

D’abord, on pourrait dire qu’on est à la mi-parcours. Nos premiers malts ont été mis sur le marché au printemps 2008 et en théorie, il faut se donner 5 ans pour vraiment savoir si une entreprise va prendre son envol ou non. Est-ce que ça veut dire qu’il faut se croiser les doigts pendant 5 ans et laisser aller les choses. Évidemment pas.

L’augmentation des parts de marché des microbrasseries au Québec, les diverses collaborations entre les acteurs du domaine brassicole et les objectifs avoués de l’association des microbrasseries du Québec pour un approvisionnement 100% local, nous incitent à planifier l’avenir et décider de quelle façon nous voulons développer MaltBroue.

C’est très positif comme réflexion, mais pas nécessairement facile à faire! Il faut prendre les bonnes décisions et on a plus d’une possibilité :

  • Garder notre caractère artisanal et transformer les produits de notre terre;
  • Grossir la malterie pour en faire une entreprise à caractère plus industrielle;
  • Aller vers la 3e transformation et développer une microbrasserie;
  • Profiter de notre connaissance du produit pour offrir d’autres malts que les nôtres;
  • Offrir les plans de nos équipements dont nous avons déjà eu quelques demandes d’un peu partout dans le monde.

Une chose est sûre, le statuquo est hors de question.

2011 sera donc une année d’organisation, de planification et d’étude pour nous. Déjà, on a commencé à s’entourer de gens qui peuvent nous aider dans ce processus. Depuis 2002 qu’on a le nez collé sur notre projet et qu’on fait tout nous-mêmes. Parfois trop, et je crois que le moment est bien choisi pour avoir un avis extérieur et neutre pour nous aider dans ce processus. D’autant plus qu’en affaires, il faut considérer l’aspect monétaire d’une décision, mais on tient à respecter aussi nos valeurs personnelles à travers le processus.

On a l’opportunité de faire partie d’un secteur d’activité dynamique pour qui la collaboration est un leitmotiv pour son développement.  C’est la moindre des choses qu’on soit prêts à répondre adéquatement aux demandes à venir.

Nous serons prêts.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

3 commentaires sur “Planification et projets en 2011

  • Dany marquis

    Allo Cindy,

    la réflexion est intéressante et ressemble à mon processus mental de chaque année. Brûlerie du Quai fêtera son 6e anniversaire en août 2011. Et cette année l’entreprise passera à un autre stade, la théorie du 5 ans s’applique bien à mon cas. je voulais simplement ajouter un petit quelque chose au sujet de l’idée :
    « Aller vers la 3e transformation et développer une microbrasserie »
    Nous avons eu la même réflexion que vous avec la production de café. L’idée de posséder nos propres point de ventes a solidifié les bases de l’entreprise. Voici les avantages:
    - Nous avons accès à un canal privilégié de mise-en-marché, dans lequel nous contrôlons tous les paramètres, on peut faire des tests, entrer de nouveaux produits, ajuster des prix, recevoir le feedback des clients en temps réel.
    - Encaissement en temps réel des ventes de café pour les ventes dans nos boutiques. (contrairement à 30 jours pour les autres clients) Ce qui a un impact sur les liquidités
    - Augmentation de la marge sur les produits vendus aux détails dans nos boutiques.
    - L’expertise développée avec l’opération de café-boutique nous donne de la crédibilité auprès de clients qui opère le même type d’entreprise. On connait les contraintes et les rouages d’un café.

    Au niveau des désavantages, je dirais que ça crée deux entreprises en une et la gestion est différente. J’ai dû adapté ma comptabilité par division pour suivre chaque unité séparément (production et client corpo, booutique #1, #2, #3, #4) et la facturation interne rajoute des étapes. Si tu veux suivre la performance de ton unité « café » ou « micro-brasserie », tu dos vendre le café à ta boutique. Il y a aussi au niveau de RH, gérer une unité de transformation et un café -boutique n’est pas la même philosophie.

    Bref, c’est un défi de gestion intéressant.

    De plus, si vous continuez dans cette voie là, ça va vous prendre un bon fournisseur de café. ;-)

    Dany

  • Cindy Rivard Auteur du billet

    Bonjour Dany,

    D’abord merci pour ton intéressant commentaire pour lequel je n’ai eu un avis qu’aujourd’hui??? Bizarre, je vais vérifier ça. Ça fait quand même 3 mois que tu as pris la peine d’écrire!

    Beaucoup de gens espèrent une microbrasserie dans le coin, mais ce n’est pas les espérances qui font vivre ;-) C’est en effet une possibilité de développement, mais à très long terme je dirais. Actuellement notre priorité n’est pas là. Nous penchons plutôt vers la diversification de nos marchés à court terme.

    Mais on a toujours une demande du côté des malts torréfiés… pas assez grande pour rentabiliser un torréfacteur ou faire torréfier par un sous-traitant cependant.

    À suivre…